Catégories
Nouvelle

Ma tronche

L’infirmière m’invite à participer à une activité poterie. Pourquoi pas ? Ça peut être amusant. Pourtant, l’animatrice de l’atelier recadre l’objectif d’entrée. Il ne s’agit pas de façonner un pot quelconque. C’est de l’art thérapie. Les yeux bandés, il faut former un personnage, un animal ou un objet qui me représente.

Aveugle, je sais déjà exactement ce que je veux faire. Ma tronche ! C’est comme ça que je l’ai appelée. Je pétri la boule et je sens l’émotion me bruler les yeux. Je visualise exactement ce que je suis en train de faire naître. Ma tronche, celle qui me ronge les tripes.

Lorsqu’on m’enlève le bandeau, les larmes coulent. Ce que je découvre devant moi est l’exact reflet de ce que j’avais en tête. Une boule transformée en tronche avec des pics sur la tête, une bouche hurlante et des yeux à faire peur. Je panique.

On m’envoie prendre l’air, histoire de me calmer. A mon retour, je dois continuer à façonner ma tronche, sans bandeau sur les yeux. On me donne quelques ustensiles. Je prends un petit bâton et le plante au sommet de ma tronche pour y faire un grand trou. Je me noie.

La thérapeute me conduit, ma tronche et moi, dans une pièce isolée. Je dois me débarrasser de cette tronche, l’éclater, la frapper, la détruire. Elle me laisse seule. Alors, je frappe ma tronche, de toutes mes forces, je la décalque au sol, je crie, je tape encore et encore. Epuisée, je m’assois par terre et enfin les digues cèdent.

Je ne retournerai pas à la prochaine séance. Trop de souffrance. 

3 réponses sur « Ma tronche »

Cette brève est un lâcher de bisons !! une sorte d’introspection.Ça pulse.(nombreux verbes d’action)…..et tout s’apaise. Pouvons nous voir que nous ne sommes pas ce que l’ego veut que nous soyons ! en tout cas, pas besoin d’y retourner. Il faut juste l’aimer cette tronche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.